Mailing List

mardi 14 juin 2016

Mon premier Eurogroupe


eurogroup_epa_1_3353648b.jpg
Dans le désordre : une girafe, deux lions, un zèbre et un pangolin.



La jeune République de Lestonie a un nouveau Ministre des finances : Ebe Këskyispaës. Membre du parti du centre-centre, Ebe Këskyispaës est entré soudainement au gouvernement lestonien à la suite d’un forfait sur blessure d’un membre de l’équipe. Vingt-quatre heures après son entrée en fonction, il est jeté dans le grand bain européen et s’envole pour Bruxelles. Objet: assister à sa première réunion des Ministres des finances de la zone euro. Récit de cette plongée au coeur du pouvoir européen.


13h24 - entrée VIP du Conseil européen, descente de voiture


Le cœur serré et les mains moites je fais mon entrée sur la scène européenne. Un long et majestueux tapis bleu me tend les bras. Tapis foulé par tant de femmes et d’hommes d’Etat ayant façonné le continent. Aujourd’hui, moi Ebe Këskyispaës, je mets mes pas dans les leurs pour écrire une partie de l’Histoire du continent.


Le défi est de taille. C’est à Bruxelles, aujourd'hui, que mes homologues et moi-même, grands argentiers de l’Europe, allons discuter d'un nouveau plan de sauvetage pour la Grèce. Mais la Grèce n’est qu’un détail. Car au fond, de ce Sommet dépend d’abord et avant l’avenir de notre monnaie commune : l'euro.


Une force irrésistible m’attire vers la collection de drapeaux fixée à l’entrée du Conseil. Conscient de la gravité de cet instant, j’en profite donc pour faire un selfie et le poster sur mon compte Twitter. Alors que je fixe mon smartphone pour accueillir les premiers retweets de ce tweet historique, un homme tout de noir vêtu me pose une main fraternelle sur l’épaule. Sans doute un officiel missionné pour me conduire jusqu’à la grande salle du Conseil, où mes homologues m’attendent pour démarrer les travaux.


“Badge?
- Sorry ?
- Vot’ badge?
- Well, eh…
- Laissez tomber… (soupir)... Vot’ nom ? YOUR NAME?
- Eh, Ebe Këskyispaës.
- Qu’est-ce que quoi ? Say zat again?
- Këskyispaës.
- Alors, voyons voir.... 
(L'agent de sécurité balaie sa liste des yeux. Il poursuit dans un anglais avec accente belge prononcé.)
- Qu ‘est-ce-qui-se-passe, qu’eest-ce-qui-se-paasse, qu’eeest-ce-qui-se-paaasse... Ben non fieux, z’êtes pas dans mes listes. C’est Eurogroupe qu’y a aujourd’hui, z’êtes sûr que vot’ pays c’est dans l’euro ? Seriez pas l’premier à vous tromper, vous savez.
- Euh… il doit y avoir méprise... je suis le nouveau ministre des finances lestonien, j’ai été nommé hier...il est possible que...
- Ah non, hein ! Le coup du nouveau ministre de Lithuvaquie ou de Slovanie c’est bon! Les journalistes de Politico me l’ont faite la semaine dernière. Allez hop, comme tout le monde, à l’accréditation, zou !”


13h29 - Centre d’accréditation des visiteurs


Le représentant permanent de la Lestonie à Bruxelles, l’ambassadeur Toom Töm, d’habitude plutôt fortiche en orientation, me récupère au centre d’accréditation et se confond en excuses.


“Je suis navré Monsieur le Ministre Këskyispaës... votre lettre de nomination nous est parvenue par fax seulement hier soir... ce sont les stagiaires qui s’occupent des fax... vous savez les stagiaires… la nôtre est russophone en plus… et puis ce satané Eurogroupe d’urgence… la préparation des fiches sur le surplus primaire du budget grec… vous avez reçu les fiches sur le surplus primaire grec hein monsieur le Ministre ?
- Le…?
- Le surplus primaire grec, vous savez, le…
- Oui, le surplus primaire grec. Oui, bien sûr.
- Et vous l’avez reçu ?
- Reçu quoi ?
- La fiche. Sur le surplus primaire grec.
- Ah ! Oui, bien sûr. Et mon badge, vous avez mon badge ? Je vais bien avoir besoin d’un badge, si je dois traverser les couloirs, non ?
- Tout de suite Monsieur le Ministre. Suivez-moi je vous prie, la salle du Conseil est au 5ème étage.”


Cet ancien du KGB croit m’effrayer, avec ses questions absurdes. Mais il ne m’aura pas cette fois. Pour écouter aux portes, il y a du monde,  mais quand il s’agit de sauver l’Euro, il n’y a plus personne. Je suis Ministre moi, pas agent comptable.


14h14 - Toilettes du 5ème étage du Conseil


Avant de faire mon entrée sur la scène européenne, je décide de m’isoler pour travailler des power positions glanées sur internet afin d’améliorer mon body langage.
(Face à la glace) Les mains sur les hanches comme Christine Lagarde du FMI. Tac. Autorité, confiance, assertivité. Parfait !
Les mains jointes comme Angela Merkel. Tac. Contrôle, sécurité. Génial !
La pose de l’éclair d’Usain Bolt le coureur jamaïcain. Tchack. Hum. En cas de victoire seulement, sinon hors de propos. Quelques exercices de respiration. Fiuouf, fiouf, fiuouf. Concentration.


“Ne pas louper son entrée, Ebe, ne pas louper son entrée”. Je tente de me remémorer les précieux conseils que les autres membres du gouvernement m’ont prodigués avant mon départ de Tallnus. A commencer par le Ministre des affaires étrangères, Âla Takk, quinze ans en poste, le genre de mec chevroné qu’il est bon d’écouter.


«  Ah, Këskyispaës, tu vas voir, Bruxelles c’est… comment dire... Ecoute, c’est simple: tu dois garder l'œil ouvert, être sur le qui-vive, te placer, constamment, occuper le terrain, être au centre de l’attention, quoi. Bruxelles c’est un jeu de go! Voilà, un jeu de go ! Tu connais le jeu de go?"
- Pas vraiment. Se placer? Tu veux dire, comme au “Twister”?
- Non t’y es pas.  Comment te dire, Bruxelles c'est… Ecoute, à Bruxelles il faut penser trois, quatre coups à l’avance ! Tendre des pièges, pousser les autres à la faute. Comme aux échecs. Voilà, comme aux échecs ! Tu as déjà joué aux échecs ?
- Une fois. Je suis plus à l’aise au Puissance 4.
- Ok. Bruxelles c’est… Ecoute, à Bruxelles le temps est ton ennemi et à la fois ta plus grande ressource. T’as compris ?
- Oui, comme dans “Time’s up ” en fait ?
- (Soupir) Bon, écoute, Bruxelles, c’est comme une jungle. Tu vois ce que c’est, une jungle? Bon. Bah imagine une jungle avec sa faune. Il y a les éléphants : anciens, les poids lourds, aussi vieux que l’institution. Il y a les lions : rebelles, égoïstes, sans pitié ; et puis il y a les girafes, qui voient au-dessus de la mêlée, qui ont le sens du compromis, de l'intérêt général.
- Et nous sommes les lions ? Jeunes, fougeux, prêts à renverser la table ?
- Non. Nous, nous sommes les phasmes.
- Les phasmes ?
- Oui, les phasme-feuilles, ceux qui se fondent dans le décor. Pour l’instant on essaie de ne pas se faire remarquer, de se faire accepter par les grands fauves, mais notre heure viendra. En attendant, on grignotte notre petit bout de feuille tranquillement sans se faire bouffer par les autres. Attention, avant que j’arrive au Ministère des affaires étrangères on n’était même pas phasme. Rien, nada. Il m’a fallu du temps pour construire notre statut tu sais. On ne naît pas phasme, on le devient. »


J'avoue ne pas avoir bien dormi ce soir là. J'avais passé une bonne partie de la nuit à surfer sur Wikipédia pour en savoir plus. Phasme-bâton, phasme-feuille, phasme-épineux: quelle stratégie allais-je devoir adopter pour mon premier conseil ?


TOC TOC TOC ! (L’ambassadeur Toom Töm frappe à la porte.)
- “Monsieur Këskyispaës, l’Eurogroupe va commencer. Tout va bien ?
- Oui, oui, voilà. J’arrive.
- Par ici Monsieur le Ministre.
- Merci.
- Vous avez bien en tête la dernière page du briefing sur le surplus primaire de la Grèce, Ministre Këskyispaës ? 
- Le ? Ah oui, bien sûr. Le surplus primaire.
- Parfait ! C’est très important. Nous avons promis aux Allemands et aux pays du Nord d’être intransigeants. La France et l’Italie essayent de manœuvrer pour gagner du temps sur le calendrier des réformes. Dans la bagarre entre « colombes » et « faucons », nous sommes évidemment du côté des faucons..
(L’ambassadeur pousse la porte de la Salle du Conseil.)
- Le phasme-faucon ? Mais... c’est à dire… j’ai travaillé une stratégie de phasme-feuille moi !
- Je vous demande pardon Monsieur le Ministre ?”

phasme.jpg
Figure 1 : Attentif, le ministre Âla Takk prend part au Conseil Affaires générales du 29 février 2016.

Les Grecques

Collectif de bas-fonctionnaires européens

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire